Ikigaï Kesako ? Comment ne pas se perdre

/, Psychologie & Neurosciences/Ikigaï Kesako ? Comment ne pas se perdre

Ikigaï

 Catherine et son Ikigaï, une histoire de coaching

Catherine, une nouvelle cliente manager dans un laboratoire pharmaceutique m’a demandé un coaching. Elle se sentait déboussolée et ne savait plus quoi faire. Elle est venue en me présentant un diagramme de Venn représentant 4 cercles entralacés avec au centre son Ikigaï.
Catherine avait regardé la conférence
Tedx de l’explorateur Dan Buettner, expert des « zones bleues », ces régions du globe où l’on vit plus nettement plus longtemps qu’ailleurs.
Découvrant la notion d’Ikigaï, séduite et motivée par l’idée d’une vie plus alignée, plus en harmonie avec les autres et notre environnement, Catherine s’est armée d’un compas et d’un crayon s’est lancée dans cette introspection
En remplissant de réponses les 4 cercles comme on suit un mode d’emploi, elle a imaginé qu’elle trouverait seule son Graal, son Why, bref son Ikigaï…

Ikigaï kesako ?

L’ikigaï, c’est « la raison de se lever le matin » pour les habitants d’Okinawa au Japon, célèbres pour leur longévité, leur bonne santé et leur joie de vivre. IKI voulant dire « vivre » et GAI « avec du sens », l’ikigaï pour les japonais est aussi « la joie de vivre ».

Un peu d’histoire : L’ikigaï évoqué dès le XIIème siècle dans la littérature nippone est redécouvert dans la région d’Okonawa à la fin du XXè siècle, notamment grâce aux travaux du professeur Akihiro Hasegawa sur les effets de l’état psychologique sur la longévité en bonne santé.

Voici les 10 règles de vie préconisées par l’Ikigaï originel, j’allais écrire ses 10 commandements !

1- Restez toujours actif, ne prenez jamais votre retraite
2- Prenez les choses calmement
3- Ne mangez pas à satiété
4-Entourez-vous de bons amis
5- Soyez en forme pour votre prochain anniversaire
6- Souriez
7- Reconnectez-vous avec la nature
8- Remerciez
9- Vivez l’instant
10- Suivez votre Ikigaï

L’Ikigaï est représenté en occident par un diagramme de Venn de 4 cercles entrelacés, 4 dimensions de notre équilibre de vie – aptitudes, les goûts, le sens, la nécessité.
La partie centrale est l’ikigaï, seule partie commune aux 4 cercles.
Passion-Profession-Vocation-Mission se retrouvent dans certaines intersections de cercles.

Les zones blanches numérotées de 1 à 4 sont les zones du manque : les « oui mais » qui nous empêchent de nous sentir parfaitement bien.

 

L’ikigaï est-il la panacée pour trouver son why ?

Catherine commence la séance en me confiant : L’ikigaï, j’étais mieux avant !

« J’ai fait mon Ikigaï et ne sais plus quoi en faire. Au lieu de me trouver, je me suis perdue en conjectures.
J’ai cherché sur la toile, et là ce fut pire tant j’ai croisé d’interprétations différentes de cette philosophie ancestrale : trouvez l’Ikigaï de votre business, de votre enfant, par l’hypnose, etc. Autant d’adaptations que formateurs experts.

En reprenant mon Ikigaï, je me suis rendue compte que je ne savais pas classer par degré d’importance dans ma vie mes goûts, aptitudes ou missions. Je viens vous voir car je ne sais plus où j’en suis d’un point de vue personnel comme professionnel »

A l’issue de cette introspection Catherine se trouvait totalement « déboussolée » devant le résultat Ikigaï du centre de la carte avec plus de questions que de réponses et surtout le sentiment de ne plus savoir où aller : devait-elle tout changer à sa vie et faire table rase du passé ?

 

Ikigaï en Design Thinking

Desing thinking sur l’Ikigaï

« La carte n’est pas le territoire » !

Catherine s’est perdue en se déconnectant de ses sensations pour rester dans les autoroutes de sa pensée.

Nous avons réfléchi ensemble au process sur lequel elle s’est appuyé pour remplir cette carte : il est constitué de ses pensées. C’est-à-dire l’interprétation par son cerveau du territoire – sa perception directe du Monde par ses 5 sens.
Catherine a pris conscience de certains biais cognitifs (négativité et conformité dans son cas) qui ont influencés le résultat de son Ikigaï. Nous avons repris les différentes interrogations de Catherine en les ramenant au niveau concret de ses sensations ce qui lui a permis de les prioriser. Les solutions sont apparues.

 

Le coaching de Catherine me conduit à m’interroger sur l’Ikigaï :

  • Questionner ce que j’aime, la cause que je veux défendre, la valeur que je peux apporter aux autres et mon talent suffisent-ils pour trouver le sens de sa vie ?
  • Goût – Aptitude – Sens – Nécessité
    Passion – Mission – Profession – Vocation
    suffisent-ils à un individu pour se connaître ?
  • L’Ikigaï est-il un point d’arrivée, le bout du chemin dans son développement personnel ou un point de départ, état des lieux pour commencer à se recentrer ?
  • La carte que me propose l’Ikigaï, photo de l’instant où elle est créée, n’est-elle pas biaisée par le résultat que j’en attend ?

En d’autres termes, comment trouver son chemin sans savoir où nous sommes positionnés sur la carte ? Vous savez le fameux point jaune « Vous êtes ici »…

L’accompagnement d’un coach permet d’éviter ces écueils : il est garant du processus, le résultat vous appartient. Le questionnement maïeutique du coach est « ordonné » dans le sens qu’il suit un ordre. Il vous propose des miroirs, pose une lumière sur des zones d’ombre. Vous ne vous vivrez pas comme Catherine la situation du lapin tétanisé quand il est ébloui par les phares.

C’est justement ce travail que nous avons fait avec Catherine.
Mes questions orientées solutions l’accompagnent sur le chemin de la connaissance d’elle-même. Elle se découvre à son rythme et déroule son fil d’Ariane la menant à la connaissance de soi.

Plus alignée entre qui elle est et ce qu’elle fait, elle se sent mieux.
Elle s’affirme et prend sa place dans son travail auprès de son équipe en ayant quelque peu changé sa façon de communiquer.

A défaut d’Ikigaï, c’est sa place que Catherine a trouvée !

About the Author:

Sylvie Grimblat
Qui suis-je ? - Ancienne athlète de haut niveau en jumping J’y ai appris l’excellence au quotidien, la prise de risque sereine et le pouvoir de l’instant présent. Un moment d’inattention et c’est la chute. A 400 mètres minute, c’est cuisant ! - Producteur audiovisuel J’ai fait passer des centaines de personnes à la télévision dans des émissions de témoignages. J’ai appris comment amener ces personnes à se faire entendre, comprendre et convaincre en se respectant et respectant ses interlocuteurs, à vaincre leur stress et à être efficace tout de suite dans leur prise de parole. Je suis spécialiste de l’attention, celle que l’on donne et celle que l’on perd, en étant du côté de celui qui écoute (le client, le prospect, l’interlocuteur). - Coach professionnel Ma formation certifiante et mon expérience de nombreux coachings de dirigeants et de managers m’ont appris à trouver la clé permettant aux personnes de se reconnecter avec leurs ressources pour se révéler à elles-mêmes et atteindre leurs objectifs - Coach d'équipes certifiée CNCP : créatrice du concept de Team-Building Interne qui prend le sport comme métaphore de l'entreprise - Formateur en prise de parole et en connaissance de soi L’expérience terrain en production audiovisuelle, la conscience de l’instant présent en sport, l’expérience de l’humain en coaching se cumulent dans mes formations à la prise de parole. J’y ajoute un tour de mains pragmatique adapté à chacun. Ma formation unique s’adapte à chaque participant puisque chacun d’entre eux, l’est avec son histoire, ses ressentis, ses aspérités et ses désirs. - Publications et Médias Créatrice de la méthode d’apprentissage agile PECHE IMPACT® pour passer du savoir-faire au faire savoir. Auteur de l'approche GPS de la formation à la prise de parole Auteur de l’e-book : « Votre parole c’est vous » Intervenante dans l’émission de radio : L’arène du sport de Lamine Kezzim - Membre du Club de Coachs Nrgy - Membre originel du Média Club - Adhérente à l’EMCC - L’œil du Bonheur, coaching et formations, est inscrit au Datadock

Leave A Comment