Les bonnes résolutions, comment s’y mettre vraiment ?

//Les bonnes résolutions, comment s’y mettre vraiment ?

2015 arrive à grands pas et, comme tous les ans, chacun y va de ses grandes décisions pour l’année à venir. Mais nous ne serions que 12% à tenir nos « bonnes résolutions » de la nouvelle année, et 30% d’entre nous les auront déjà abandonnées à la mi-janvier. Et si, pour solutionner ce récurrent problème de nos louables mais éphémères intentions, nous faisions appel à notre motivation durable ? Pour que Paroles… Paroles… de Dalida cesse de tourner en boucle dès l’Epiphanie.

S’appuyer sur les bonnes ressources

Prenons l’exemple de la perte de poids. En cette période de fêtes les bonnes choses sont partout, la tentation aussi. « Promis, dès le début de l’année, je fais attention ! », quand ce n’est pas le projet d’un énième régime mis une fois encore sur la table, et qui ne demande qu’à être inauguré en fanfare le 1er janvier, symbolique oblige. Prévoyant, vous aviez fait vos réserves gustatives et la balance accuse un peu le coup, il va falloir commencer par éliminer cette petite dette. Approche le nouvel an, le régime bien décidé également. Bigre ! Bientôt la gestion de ces fichues frustrations : adieu (ou presque) mets gourmands, ciao (ou à très vite ?) belles rations. Snif, pas très motivant tout cela…

Une récente étude vient remettre du cœur à l’ouvrage dans ce monde de brutes (caloriques). Elle a été commentée et conclue de cette façon : « Tous les régimes se valent à l’échelle d’une population ! Au niveau individuel, c’est celui qui a le plus de chance d’être accepté à long terme qui est le plus efficace sur la perte pondérale ». Traduction : la motivation est au premier plan. Mais une seule forme motivationnelle permet de s’inscrire dans la durée : il s’agit de la motivation intrinsèque. Nous en disposons tous, elle est simplement variable dans sa « nature » et son expression d’une personne à une autre. Elle renvoie au plaisir d’un acte ou d’une activité pour elle-même, le plaisir de faire pour faire si vous préférez. Appliquée à notre problème du régime, la règle est simple : pas de plaisir à table (ou ce qui est en lien avec la cuisine), pas possible de tenir dans le temps. Autrement dit, si les modifications alimentaires sont vécues comme une corvée, il est fort probable que tôt ou tard (soyons clair, tard ici s’entend à brève échéance) l’aiguille de votre balance soit synonyme d’injustice.

Pourquoi cela ? Parce que derrière la notion de plaisir il y a la satisfaction de besoins. Le plaisir intrinsèque vient nourrir (cela tombe bien dans notre exemple) des besoins profonds. Privé de ce plaisir, faites vos jeux, rien ne va plus : culpabilité quant aux « écarts », frustration, grignotage, retour de la culpabilité etc. Une belle entrecôte ? Une copieuse raclette ? Un Paris-Brest ? Faites de vos plats préférés – et pourquoi pas de vos préparatifs culinaires – de vrais moments de plaisir, de plaisir assumé, c’est-à-dire dénué de toute culpabilité. Vous pouvez même amplifier ce plaisir en portant votre attention sur vos sensations, cela s’apprend. En réalité, en vous autorisant vraiment ces moments de papilles qui défaillent, vous reprenez déjà le contrôle de votre comportement alimentaire car vous les décidez et les organisez, vous apprenez à les maitriser en leur laissant une place, mais pas toute la place : celle de la mesure, que vous aurez éventuellement co-définie avec un professionnel sur la question. Dans cet état d’esprit, vous êtes bien parti pour durer. Dans l’étude citée en introduction, savez-vous quel groupe a réussi à tenir ses résolutions de manière significative ? Celui qui avait décidé de plus profiter de la vie. Et pour la ressentir comme profitable sur le long terme, à quelle motivation ont-ils fait appel selon vous ?

QQOQCCP

Organisons maintenant les actes. Le QQOQCCP (qui ? quoi ? où ? quand ? comment ? combien ? pourquoi ?) est une méthode de questionnement simple et efficace qui va permettre de « cadrer » vos résolutions et faciliter votre engagement. Pour la lettre « P », vous l’aurez peut-être deviné, il est largement recommandé d’y associer la notion de Plaisir, intrinsèque bien sûr. D’ailleurs, lorsque l’on se donne des objectifs, les moyens s’appuient le plus souvent sur cette motivation intrinsèque (et si ce n’est pas le cas, c’est un conseil). Faire du sport pour ne pas grossir, c’est fichu, je vous donne 3 mois maximum ! Participer au ménage plus souvent pour éviter les conflits conjugaux, même sentence probable !

Bref, pour que vos bonnes résolutions se transforment vraiment en actes durables, de quelle manière aimeriez-vous les conduire qui vous fasse plaisir ? A vous seul, presque égoïstement ? De sorte que même si les résultats espérés ne sont pas au rendez-vous (la cerise), vous pourriez toujours en tirer la satisfaction du chemin parcouru (le gâteau), un apprentissage personnel ?

Place au jeu : pour sceller votre engagement, je vous invite à laisser en commentaire de ce post une résolution pour l’année à venir, sur la base du QQOQCCP. Chiche ? Non je ne me défilerai pas, voici la mienne :

          Qui : Philippe Barel

          Quoi : Ralentir tous ces gestes et mots affectueux envers ma compagne. Trop d’amour tue l’amour.

          Où : Partout où je suis avec elle.

          Quand : Dès maintenant !

          Comment : En passant davantage de temps sur mon ordinateur ou mon smartphone.

          Combien : 3 fois 30 minutes par jour.

          Pourquoi (entendre ici pour le plaisir de) : pour le plaisir de la prise de conscience des autres aspects de l’existence.

A vous de jouer !

Et Meilleurs Voeux pour cette nouvelle année qui s’annonce riche en plaisirs intrinsèques !

By | 2017-04-13T14:30:16+00:00 29/12/2014|Psychologie & Neurosciences|6 Comments

About the Author:

Philippe BAREL
Rédacteur en chef du blog. Coach d’équipe, de responsables d’équipes et consultant-formateur en santé et qualité de vie au travail (SQVT). Diplômé en psychologie du sport (Université Paris-Sud) et en préparation physique et mentale (Université de Bourgogne), il accompagne les équipes des entreprises, sportives et hospitalières à concilier santé et performance. Membre de la Société Française de Psychologie du Sport, du réseau SQVT Nouvelle-Aquitaine (Afnor) et partenaire de l’Institut de Médecine Environnementale, il s’investit dans l’e-santé avec Kiplite, société experte dans l’optimisation personnalisée de l’autonomie physique et psychologique. Il a exercé l’ostéopathie durant 12 ans.

6 Comments

  1. AnneK 29 décembre 2014 at 22 h 29 min - Reply

    Qui : Annek

    Quoi : M’investir plus dans mon travail d’écriture et de mise en scène

    Où : dans un lieu calme doté et spacieux

    Quand : Dès maintenant !

    Comment : En choisissant un bureau destiné à ce travail pour me consacrer qu’à cette tâche

    Combien : 2 fois 2 heures par semaine.

    Pourquoi (entendre ici pour le plaisir de) : pour le plaisir d’un travail achevé et pour jouer le plus possible sur scène

  2. Claude 30 décembre 2014 at 19 h 00 min - Reply

    Qui : Claude Stirlin
    Quoi : lecture
    Où : chez moi ; dans les transports
    Quand : a partir d’aujourd’hui
    Comment : livres papier ou liseuse
    Combien : au moins 2 livres par mois
    Pourquoi (plaisir) : évasion et connaissance

  3. Barbara Liglio 31 décembre 2014 at 11 h 23 min - Reply

    Qui : Barbara Liglio
    Quoi : Sport en salle
    Où : Moving
    Quand : A la rentrée de janvier
    Comment : Les cours collectifs pour le cardio
    Combien : Deux fois par semaine, pendant une heure
    Pourquoi : Pour le plaisir de l’effort, voir aussi mes copines !

  4. Tom 2 janvier 2015 at 6 h 14 min - Reply

    Qui : Thomas P.
    Quoi : faire mon projet d’auto-entrepreneur dans la restauration
    Où : idf
    Quand : septembre 2015
    Comment : demander des conseils auprès de pro
    Combien : 2h à 3h de travail par semaine d’ici septembre
    Pourquoi : pour rencontrer des gens qui ont la même passion de la cuisine que moi. Changer de métier ensuite

  5. Julien Dano 8 janvier 2015 at 8 h 16 min - Reply

    Qui : Julien Dano

    Quoi : Poursuivre mon parcours d’initiation aux neuro-sciences.

    Où : chez moi, dans les transports et en séminaires

    Quand : dès janvier

    Comment : En lisant, en reformalisant mes connaissances, en suivant au moins 1 cycle de formation certifiant.

    Combien : lecture et formalisation 3x 1h30 par semaine + 1 cycle de formation dans l’année

    Pourquoi (entendre ici pour le plaisir de) : pour le plaisir de préparer ma reconversion professionnelle.

  6. HARDY 12 janvier 2015 at 10 h 27 min - Reply

    Qui : Stéphanie H
    Quoi : Me réconcilier avec mon frère
    Où : chez moi
    Quand : 11/01/2015 (c’est fait :))
    Comment : En lui envoyant un message de paix et de pardon
    Combien : plusieurs messages jusqu’à ce qu’on se voit
    Pourquoi (entendre ici pour le plaisir de) : pour le plaisir de retrouver mon frère et dans le contexte actuel, montrer l’exemple à nos enfants qu’on est capable de pardonner et faire la paix et que ça commence autour de nous

Leave A Comment