Prise de parole, une question d’attention et d’intentions !

/, Psychologie & Neurosciences/Prise de parole, une question d’attention et d’intentions !
Le micro et la salle

Attention, c’est à vous… de capter l’attention

Et là, c’est le blanc…

Ce moment d’hésitation avant de se lancer, l’instant où le stress est à son maximum car vous n’êtes pas encore dans l’action…
Et d’ailleurs où êtes-vous à cet instant ? Où se porte votre attention ?

Quand le blanc arrive, c’est que vous n’êtes pas présent à vous-même ni aux autres.

Quand vous prenez la parole au café pour refaire le monde, vous n’avez pas ce blanc dans la tête, les jambes en coton, le cœur qui s’emballe et le tremblement plus ou moins maîtrisé de la voix…

Je vous propose de revivre la scène en vous demandant où vous êtes au moment de parler à votre équipe. Où vous êtes, c’est-à-dire où vous portez votre attention à cet instant.

Etes-vous dans le plan de votre discours ?

Etes-vous en train de répéter le canevas du pitch parfait que vous avez appris ?
Etes-vous en train de vous comparer ?

Etes-vous caché derrière la magnifique infographie qui vous sert de bouclier ?

Etc.

Bref vous n’êtes pas là et votre présence comme votre leadership en pâtissent.
Quand le chat n’est pas là, les souris dansent !

Votre auditoire ne vous écoute que d’une oreille,
voire d’un œil car l’autre est rivé sur son portable.
Le brouhaha monte,
Ils discutent entre eux et des « chutt » se font entendre… et leur attention se disperse.

Et vous dans tout ça, comment vivez-vous ce moment ? Mal, très mal et cela se voit.

Vous vous interrogez sur l’intérêt de votre propos, remettez en cause votre leadership,

Vous vous demandez comment faire taire la salle,

Vous perdez le fil, perdez pied et votre estime de soi s’effondre.

 

Nombre de questions occupent votre esprit et vous éloignent encore de votre auditoire :
Encore une fois, cela n’a pas marché,
La prise de parole est un passage obligé et je n’aime pas ça…

Dois-je faire preuve d’autorité ?
« Je vous demande de vous arrêter » Edouard Balladur lors des Présidentielles de 1995
https://bit.ly/2PYwmth

 

Se faire écouter c’est jouer avec les Biais Cognitifs, les Filtres de communication et les neurones miroir… et capter l’attention

 

C’est à ce moment que les biais cognitifs entrent dans la danse de vos pensées négatives.
En voici quelques-uns parmi les 250 répertoriés :

Le Biais de confirmation : comme d’habitude, j’ai raté
Le biais de négativité : je me rappelle plus les expériences négatives que les positives
Le biais de personnalisation : ce serait un autre, ils écouteraient

L’effet d’amalgame (illusion de corrélation) : ils ne m’écoutent pas car je ne me sens pas légitime
Résultat :
le cercle vicieux de vos pensées se met à tourner en boucle et vous êtes pressé de finir ce supplice qui se rajoutera à vos souvenirs de mauvaises expériences.

Alors, que faire ?

Attention à donner de la PECHE et de l’IMPACT à vos prises de parole !

 

Et s’il ne venait que de vous la possibilité de rendre votre auditoire attentif ?

Je parle de vous, pas du contenu ni de la forme de votre discours.

D’après une étude des années 1960 et jamais infirmée depuis : le langage du corps compte pour 55 % dans la transmission d’un message.

Il s’agit de tout notre non verbal : posture, position de la tête, des mains, du regard, micro expressions du visage, respiration. Instinctivement (amygdale du cerveau) nous savons reconnaître en 3,3 millisecondes un vrai sourire qui sourit jusqu’aux yeux, d’un sourire social ou d’un sourire forcé, le rictus. Cet ensemble de données sont les filtres de communication.

Je me suis plus étendue sur ce point dans un article précédent https://bit.ly/2NzL50Y.

Et si je rajoute aux 6 filtres de la communication, les neurones miroir… Vous comprendrez que votre auditoire lit autant dans votre posture que dans vos pensées…

 

« Un peu d’attention, s’il vous plait »…
D’accord, mais attention à quoi ?

Dans les années 1990, un groupe de chercheurs italiens de l’Université de Parme, dirigé par Giocomo Rizzolatti, a démontré, en implantant des électrodes dans certains neurones du cerveau de singes macaques, qu’il existait dans une région du cerveau dite « frontale prémotrice » des neurones qui s’activent lorsque l’animal fait une action comme saisir une boulette de nourriture, mais aussi quand l’animal voit l’expérimentateur saisir cette boulette. Ils les ont appelés « neurones miroirs ». Le terme miroir fait référence au fait que ces neurones permettent de ressentir l’action du point de vue du sujet, alors qu’elle est observée chez autrui.

Certains de ces neurones s’activent lorsque l’animal observe des mouvements buccaux de communication (les singes produisent ce qu’on nomme des « vocalisations », série de sons et de cris accompagnés de mouvements des lèvres). Tout se passe donc comme si l’observation de ces mouvements déclenchait les mécanismes cérébraux de son exécution, comme si le singe spectateur réalisait dans son cerveau les mouvements qu’il voit produits par le singe « acteur ». Les neurones miroirs codent essentiellement la conséquence de l’action plus que le geste lui-même. Ils permettraient ainsi à l’observateur d’avoir accès aux intentions de l’acteur, et non seulement à ses gestes. (Source : « Cerveau et Psycho » Janvier 2008).

 

Votre énergie se place où se porte votre attention et celle de votre auditoire aussi par l’activation des neurones miroir :
Vous êtes mal à l’aise, eux aussi
Vous ne les écoutez pas, eux non plus
Vous n’êtes pas avec eux, bloqué dans votre tête à batailler entre vous et vous, eux sont ailleurs et plus avec vous. Ils passent ce moment sans vous à regarder leur portable ou discuter ensemble.

 

Et quand le stress s’en mêle, c’est vous qui vous vous emmêlez.

 

Comment passer du « emmêler » au « emmener » ?

Une règle simple :
Frapper les 3 coups avant le lever de rideau du théâtre de l’échange symbolisés par :

 

Le SILENCE « habité » de votre présence
La PECHE qui est le coup porté à l’attention du public

L’IMPACT qui est l’effet du coup porté

Rien n’est plus puissant qu’un silence pour capter l’attention.

L’humoriste Monsieur Fraize a fait du silence sa marque de fabrique https://www.youtube.com/watch?v=0GkDYsNYJ8Y .
Il est présent et occupe toute la scène de son silence. Le public boit ses rares paroles, se met à l’affut de ses mimiques comme de ses moindres gestes.

 

Qu’y-a-t-il de commun entre un spectacle, un match de tennis et une prise de parole ? L’intention couplée à l’attention.

Tennisman au service

Où se porte son attention ?

Regardez un joueur de Tennis, sur quoi porte son attention au moment de jouer son coup ?

La balle, la raquette, le vent, son adversaire de jeu, sa technique, l’arbitre, le public ?

Ou bien son geste, sa respiration, son emplacement sur le court, son mental ?

Tout cela à la fois.
Le joueur se sert de tous ces éléments en même temps de manière efficace pour gagner le point, puis le set et enfin le match.

 

Son intention est de gagner le point. Il utilisera des effets d’amortie, de lift, de lob et de smash, se déplacera en montée au filet, fera des revers et des coups droit… Exactement comme vous quand vous serez à l’aise dans vos prises de parole.

 

Vous avez la possibilité de remplir la scène en vous déplaçant, en changeant de posture, en ménageant des effets par des silences, des regards, des changements de rythmes, …
Cela ne fonctionnera que s’ils sont sincères c’est-à-dire utilisés au profit de votre intention.

 

Tout ce que vous avez lu, répété, appris sur le regard, la posture, les règles du pitch, respiration, articulation, … peuvent mener à une cacophonie sans le gouvernail de l’intention.

Préférez-vous marquer votre différence en créant une émotion ou vous plier à une technique et vous fondre dans la norme ?

 

Comme le joueur de Tennis, portez votre attention sur l’effet de chacune de vos paroles et jouez avec votre auditoire pour garder son attention au profit de votre intention.

 

C’est ce que j’appelle :

Inspirer, motiver et donner l’envie à vos collaborateurs ou quiconque vous écoute, de vous suivre.

 

Avoir de la PECHE et donner de l’IMPACT pour donner la PECHE et avoir de l’IMPACT est aussi appelé « Leadership ».

About the Author:

Sylvie Grimblat
"Trouvez l'équilibre dans le mouvement, osez vous adapter au changement" Créatrice de la méthode PECHE IMPACT® pour la formation à la prise de parole et la recherche de son identité professionnelle. Je suis fan de votre performance individuelle et collective. Sans vous connaître, je suis déjà fière de vous. Mon but est de vous accompagner dans la révélation de votre potentiel, de vous reconnecter à vos ressources pour vous permettre de vous dépasser. PECHE IMPACT® est la méthode que j'ai créée pour vous faire gagner en efficacité et en plaisir dans vos prises de parole. PECHE IMPACT® regroupe l'ensemble des connaissances issues de mon expérience de préparation de passage à l'antenne dans les médias de centaines de personnes, de ma formation de coach associée à l'apport des neurosciences. Ma promesse : en très peu de temps vous ferez du stress votre allié, parler et convaincre deviendront "un bonheur". Retrouvez l'ensemble de mes articles sur la révélation de vos potentiels individuels ou d'équipes sur mon site www.loeildubonheur.fr et ma page et mon groupe de discussion Facebook "L'œil du Bonheur". Spécialiste de la performance, j'interviens en entreprises en vous proposant de créer de la valeur pour vous : accompagnement d'équipes et de managers vers l'adhésion au changement, team-building sur mesure, bilan de fonctionnement organisationnel, management "bienveillant", résolution de problématiques, débats techniques, régulation de tensions, Qualité de Vie au Travail etc. Mon accompagnement, dans son approche systémique, permet aux équipes de se fédérer autour de la culture du résultat ce qui passe par une reconnaissance des individus, de leur travail et de leur performance. Ainsi libérés, dirigeants, managers et salariés révèlent leur talent, apportent de l'agilité à leur entreprise, trouvent sens et motivation nécessaires à l'engagement et à la réussite de tous. Mes points forts sont : L'analyse systémique d'équipe : chacun fait partie d'un tout et le tout interagit sur chacun. Au sein de l'entreprise, cet effet est décuplé. A partir de cette analyse, je sais où poser le miroir pour vous accompagner dans la réalisation de vos objectifs et de vos enjeux. L'adhésion au changement : grâce à mes connaissances en neurosciences, je mets l'équipe dans les conditions favorables pour dépasser la résistance au changement. La révélation des soft-skills et le déploiement de l'intelligence collective : je mets en exergue la synergie entre les équipiers. Ceci passe par la cohésion et la confiance, la communication non violente, la motivation et l'engagement. Chacun trouve sa place, un sens et une reconnaissance dans ses fonctions. Il s'agit aussi de faire des bilans de fonctionnement, de travailler sur le rayonnement, la visualisation, les valeurs opérantes etc. Le coaching devient "neuro coaching" pour plus d'efficacité et des résultats plus rapides sur l'adhésion au changement. Que ce soit au service d'une personne, d'une équipe ou d'un projet d'entreprise je vous accompagne dans l'adhésion au changement. Et si c'était cela le "bonheur" dans votre vie comme en entreprise ?

Leave A Comment